Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 10:30



Le cambriolage chez

M. Engilberge, à Vallouise

 


Les Croquignard évoluent sur l'échelle du crime.
Dans la nuit du 8 au 9 juin 1918,  ils se rendent à Vallouise.
Là, ils bloquent portes et fenêtres de la maison Engilberge
afin de pouvoir "travailler" tranquillement dans le magasin.
Ils feront une bonne cueillette.


Engilberge-epicerie2.jpgOn délivrera la famille au matin.

 

DosCouv

Repost 0
Published by Quebeuls - dans L'histoire
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 13:10
 
DevantPttRdR.jpgL'attaque de la poste
de la Roche de Rame
21 juillet 1918



index.jpg   Quand Alexandre e t Louis sont allés voler

le miel des ruches 

de M. Queyras et de M. Massieye. 

Ils en ont profité pour repérer la poste.

 

 


 
Le 8 Août 1918
 La receveuse, Mme Bouteille, habitait seule au dessus du bureau. Mais à ce moment là, elle recevait sa nièce Mlle Leydet et M. Boisse, négociant à Marseille, qui venait passer quelques jours de villégiature dans l'immeuble.

Les 2 frères, probablement ignorants du fait, avaient flair
é un coup facile.

 
 A 1h du matin, ils commencaient leur larçin,

fracturant la porte. Mme Bouteille alertée par le bruit, se mit à la fenêtre.

Elle aperçut 2 individus, coiffés de casquette,

portant un mouchoir sur le visage.

 

Alexandre et Louis virent qu'elle s'apprêtait à appeler

au secours. Ils lachêrent leurs outils et s'éloignèrent

en vitesse. Mais non sans tirer un coup de feu en direction de la receveuse qui ne fut pas touchée.

On  retrouva sur les lieux un marteau entouré

d'un mouchoir, ainsi que la douille.

C'était une fois de plus l'inquiétude dans les vallées,

on ne savait pas encore le nom de ces malandrins,

mais une chose était sûre, des bandits s'étaient installés

et décidés à  rester.  

 

 

 

ptt

 

 

DosCouv

Repost 0
Published by Quebeuls - dans L'histoire
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 12:37

LUIGI CADORNA




conscrit.jpg

 Depuis juillet 1914, il est  le chef d'état major de l'armée italienne. Doté de pouvoirs sans équivalents dans aucun des autres états en guerre, le généralissime mène durant les 30 premiers mois du conflit une guerre d'usure contre l'Autriche. Le résultat le plus clair de ce choix est la perte de 200 000 hommes pour une avancée de 20 km en direction de Trieste. Cruel et sans pitié, il terrorise ses officiers par des limogeages incessants et sanctionne tout fléchissement de la troupe par la peine de mort : le haut commandement italien détient le record des exécutions sommaires en14-18.  Des civils slovènes furent fusillés en nombre sur le front de l'Isonzo, il y eut sur le front l'horreur de ce téléphérique de la mort qui charriait cadavres et blessés en échange d'approvisionnement et l'enfer de Gorizia dont est né  le chant de révolte contre la guerre "O Gorizia tu sei maledetta" (extrait : Vous appelez champ d'honneur cette terre au-delà de la frontière, ici on meurt en criant assassins, un jour vous serez maudits) .

  

Dés le printemps 1917, ces opérations entraînent une crise de défaitis

 me dans tout le pays. Cadorna est responsable, par ses fautes et son incurie militaire foncière, de l'effroyable situation de l'armée italienne dont le comble de l'horreur fut atteint lors du désastre de Caporetto à l'automne 1917. Négligeant l'importante concentration de la 14ème armée allemande, il ne prit aucune mesure.
Bilan : 40 000 tués ou blessés, 300 000 prisonniers, 100 000 déserteurs
et la moitié de l'artillerie aux mains de l'ennemi
(à lire : L'Adieu aux armes,  d' Ernest  Hemingway).


Fin 1917, il y avait 600 000 prisonniers italiens dont 100 000 moururent de maladie et surtout de faim : Cadorna  leur refusait le moindre secours afin de les dissuader de se laisser faire prisonniers. 

La haine pour Cadorna fut partagée par tous les soldats italiens. Selon eux, Cadorna était le véritable ennemi, pas les autrichiens.  



 

DosCouv

 

Repost 0
Published by Corinne L. - dans L'histoire
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 14:45
 
conduite-forcee.jpgLes débuts à l'Argentière - vers 1909


Un Document atteste de la présence à l'Argentière 

de Pierre, Ernest et Alexandre à L'Argentière dés 1909 :


Sous l'impulsion de Gilbert Planche,entrepreneur de travaux publics,de grands changements économiques apparaissent dans la vallée. Gilbert et Félix Planche réalisent le captage des eaux de la Gyronde et de la Durance pour créer ce qui sera la plus puissante usine d’énergie hydroélectrique (la houille blanche) de l'époque.

Ces gigantesques travaux : tunnels, conduites forcées, siphon sur la Durance durèrent de 1906 à 1910.

L'énergie produite alimenta l’industrie dont l’usine, construite pour la société électrométallurgiste française (SEMF)inaugurée le 4 décembre 1909. Elle permit de produire à moindre coût l’aluminium auparavant importé d’Allemagne. Ceci apporta prospérité à cette région déshéritée. L'Argentière et La Bessée formeront bientôt une seule et même ville.

De nombreux emplois furent créés, apportant aussi une arrivée d'émigrants car la main d'oeuvre locale ne suffisait plus.

C'est ainsi que, parmi les immigrés italiens venus prêter main-forte, l'on retrouve les 3 frères Croquignard, Pierre, Ernest et Alexandre. Ils ont  participé au creusement pour l'installation des conduites. Il est dit aussi qu'Alexandre aurait auparavant habité à Vallouise.

Construction du siphon sur les gorges de la Durance
(Illustration du 13 juin 1923).

Le siphon de l'Argentière, canalisation en arc, est toujours opérationnel. Il permet à la conduite forcée de franchir les gorges de la Durance. Sa construction a nécessité l'installation d'un impressionnant échafaudage en bois de 300 m3.

.

DosCouv

Repost 0
Published by Quebeuls - dans L'histoire
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 14:42
Les Escartons



Le 29 mai 1343, les communautés du Brianconnais obtinrent du Dauphin Humbert II, qui avait grand besoin d'argent, des avantages économiques et fiscaux en échange de 12.000 florins d'or et d'une rente annuelle de 4000 ducats.
Les 18 représentants des communautés du Brianconnais signérent La Grande Charte des Escartons (escarter : répartir l'impôt) conservée à la mairie de Briancon. Cette charte leur accordait des libertés et des privilèges sans commune mesure pour l'époque : une sorte de concession perpétuelle. Cette liberté, ils la conservèrent jusqu'à la révolution française. Elle leur permit aussi de s'organiser librement, en escartons et les habitants de ces vallées étaient considérés comme francs-bourgeois et libres de posséder. C'était une classe intermédiaire entre la noblesse et la roture, statut moderne pour l'époque.

La région était constituée de 5 escartons : celui de Briancon, celui du Queyras, celui de Chateau-Dauphin, celui d'Oulx et celui de Pragelas. C'est que que l'on appelait "Le grand Escarton".

Chaque escarton possédait ses lois et ses juges, pratiquait la solidarité et un enseignement. Dans chaque municipalité, des lois différentes étaient édictées : solidarité envers les veuves, perte d'un animal repartie sur l'ensemble , magistrature municipale,...

En 1713, comme nous l'avons vu, Louis XIV, par le traité d'Utrecht, cède une partie des escartons, Oulx, Chateau-Dauphin et Pragelas. C'est un traumatisme pour les habitants. D'ailleurs, on parle de "vallées cédées". Ils gardèrent néanmoins certains droits et privilèges édictés dans le traité .

Du côté français, c'est la révolution qui mettra définitivement fin à ces privilèges, mais l'esprit restera.


Pour en savoir plus, voici des liens externes.
http://urquinaona.ifrance.com/urquinaona/escartons.htm
http://escarton-oulx.eu voir dans "Histoire et diplomatie".

-La Charte des Escartons est visible à la mairie de Briançon, mais celle-ci demande des royalties pour le droit d'utilisation de l'image, donc pas d'image...


-Il parait que normalement le S de eScarton ne se prononce pas (un peu comme celui de fenestre qui est devenu un ^), mais comme tout le monde le fait (sauf peut-être les puristes), je pense que l'on peut considérer cela comme faisant dorénavant partie du "domaine public".

DosCouv

Repost 0
Published by Quebeuls - dans L'histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Les Croquignard, bandits-fantômes
  • Les Croquignard, bandits-fantômes
  • : Les Croquignard, bandits-fantômes. Histoire vraie de déserteurs italiens durant la première guerre mondiale racontée en BD. Site sur cette histoire le contexte, la BD,etc...
  • Contact

Recherche

Pages